Download Chine, la grande statuaire, suivi de Les Origines de la by Segalen Victor PDF

By Segalen Victor

Show description

Read Online or Download Chine, la grande statuaire, suivi de Les Origines de la statuaire de Chine PDF

Best french books

Accoucher sans stress avec la méthode Bonapace

Los angeles MÉTHODE BONAPACE est une procedure de préparation à l. a. naissance qui s'adresse au couple. Validée par le témoignage de milliers de femmes et de leur partenaire ainsi que par de solides recherches scientifiques, elle repose sur le rôle que jouent los angeles neurophysiologie et les hormones lors de l'enfantement.

Extra info for Chine, la grande statuaire, suivi de Les Origines de la statuaire de Chine

Sample text

Les quelques décors plats (oiseau-dragon, cartouche, macaron de Fong Houan) ont disparu. Il n’est plus question de sculpture, à peine d’architecture, tout au plus de maçonnerie primitive. Voilà comment sur un même point de départ, relevant d’un même modèle, la nature de l’art a changé. En revanche, pauvres et laids de formes figurées, les piliers du Honan et du Chantong sont riches en inscriptions, chargés d’une épigraphie magnifique. Par là, échappant totalement à l’art sculptural, ils relèvent de cet art si magistralement chinois : mi-calligraphique, mi-littéraire : le Grand Art du pinceau.

On n’invente pas, de nos jours, un geste Han. Quant à la tête, elle devait être élégamment petite, pour s’articuler à un si petit cou, ou bien monstrueuse, paradoxale... On ne refait pas un masque, même de bête, sous les Han ! Telle quelle, la trouvaille était belle. Nous l’avons laissée dans la rizière, à sa place, mais debout désormais, non loin du pilier de Fong Houan qui lui donna sans doute sa raison d’être et sa date éminemment probable du 121 de notre ère. Elle se place ainsi en intermédiaire, au début du IIe siècle, entre le Cheval des Han occidentaux et les « Tigres passant » du début du IIIe siècle.

L’appareil est ici, non plus celui d’une statue polylithe, mais d’une véritable maçonnerie à bords carrés ; les pierres empiètent à chaque étage, et vont même jusqu’à passer du pilier proprement dit au contrefort qui tend vers un mauvais muretin ! Le toit est lourd, et, si quelques détails accusent encore l’imitation de la maison chinoise dont ils procèdent, on voit qu’ils n’ont en rien l’unité de volume, le galbe heureux de facture caractérisant l’élégante « statue » de Fong Houan, le kiosque figuré que nous avons pris comme pivot de toute comparaison.

Download PDF sample

Rated 4.56 of 5 – based on 38 votes